Religion

Définition de «Consubstantiel

C’est en latin que se trouve l’origine étymologique de consubstantiel. Il dérive exactement du mot «consubstantialis», qui peut être traduit par «ce qui est de la même essence qu’un autre». Il est le résultat de la somme des composantes suivantes:

-Le préfixe «con-«, qui signifie «ensemble».
-Le nom «substance», qui est synonyme d'»essence».

-le suffixe «-al», qui est utilisé pour indiquer «relatif à».

Le terme consubstantiel peut également être mentionné comme consubstantiel . La notion fait allusion à l’adjectif qui qualifie ce qui appartient à l’essence même ou à la nature de quelque chose ou de quelqu’un , résultant de son indivisibilité.

Il y a des économistes qui soutiennent que l’accumulation de richesse et le capitalisme sont consubstantiels. En effet, selon ce point de vue, le modèle capitaliste, pour exister, exige que quelqu’un accumule des richesses, alors que l’accumulation de richesses n’est possible qu’avec un régime comme le régime capitaliste.

Beaucoup de personnes affirment également que la corruption est inhérente aux institutions parce que les entités sont dirigées et conduites par des êtres humains, et que tout le monde peut commettre un acte de corruption. Il ne peut jamais y avoir d’institution immaculée car elle a besoin d’hommes pour fonctionner.

Cela se confirme presque quotidiennement. Le fait est que dans les espaces d’information des différents médias, il y a toujours des cas de politiciens qui ont fraudé de l’argent ou commis toutes sortes de crimes pour être, rester et jouir de la position de pouvoir qu’ils avaient. Cette circonstance, à son tour, signifie que la population est de plus en plus désenchantée de la plupart des politiciens.

De la même manière, lorsque nous parlons de l’être humain, nous exposons qu’il est consubstantiel au fait de raconter des histoires. C’est pourquoi, au fil des siècles, il y a eu des ménestrels, des romantiques et des écrivains. Ainsi, certains ont raconté à d’autres des histoires de toutes sortes, réelles ou inventées, par la parole et d’autres par l’écrit.

La vie et la mort , en revanche, sont consubstantielles : l’une ne peut être conçue sans l’autre. Pour que ce que nous comprenons comme la vie existe, il doit y avoir tôt ou tard une fin, constituée par la mort. En retour, la mort ne peut apparaître que comme la fin de la vie. On pourrait dire que la vie et la mort sont les deux faces d’une même pièce : impossible de les séparer.

Dans le domaine de la religion catholicisme , les trois personnes divines ( Père , Fils et Esprit Saint ) sont dites consubstantielles puisqu’elles partagent la même substance. La consubstantialité fait donc référence à la relation entre les personnes qui composent la Sainte Trinité : Dieu est Père, Fils et Saint-Esprit.

Les autres éléments qui sont déterminés comme étant consubstantiels sont le bien et le mal. Et cela parce qu’ils sont étroitement liés de manière continue.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.