Général

Signification de la culture

Qu’est-ce que la culture ?

La culture désigne l’ensemble des biens matériels et spirituels d’un groupe social transmis de génération en génération afin de guider les pratiques individuelles et collectives. Elle comprend la langue, les processus, les modes de vie, les coutumes, les traditions, les habitudes, les valeurs, les modèles, les outils et les connaissances.

La fonction de la culture est de garantir la survie et de faciliter l’adaptation des sujets dans l’environnement.

Chaque culture incarne une vision du monde comme réponse à la réalité vécue par le groupe social . Il n’existe donc pas de groupe social dépourvu de culture ou “non éduqué”. Ce qui existe, ce sont des cultures différentes et, au sein de celles-ci, des groupes culturels différents, même par rapport à la culture dominante.

Le terme culture est également utilisé dans des sens restreints , soit pour désigner les valeurs et les habitudes qui régissent des groupes spécifiques, soit pour désigner des domaines spécialisés de connaissance ou d’activité. Dans les deux cas, le mot culture est toujours accompagné d’un adjectif qualificatif .

Par exemple :

  • culture politique : “Notre pays souffre d’une culture politique messianique”.
  • culture organisationnelle : “Notre culture organisationnelle est basée sur l’aide aux personnes”.
  • culture physique : “L’école doit fournir une culture physique aux enfants”.

Origine du terme culture

Le concept de culture a changé au cours de l’histoire. Dans son origine étymologique , le mot culture vient du latin cultus qui signifie “culture” ou “cultivé”. Ce terme est le participe passé du mot colere qui signifie “cultiver”.

Au Moyen Age, la culture désignait une terre cultivée. À la Renaissance, l’idée de l’homme “cultivé” apparaît, c’est-à-dire quelqu’un qui a fait des études de littérature et de beaux-arts.

À partir du XVIIIe siècle, le terme de culture a commencé à être utilisé systématiquement pour désigner la connaissance éclairée. Au XIXe siècle, la culture comprenait également les bonnes manières et les coutumes.

Avec le développement des sciences sociales au XXe siècle, le sens de la culture s’est élargi au point que nous le retrouvons aujourd’hui.

Éléments de la culture

Toute culture est constituée d’un ensemble d’éléments de base. Les plus importantes sont les suivantes :

  • Éléments cognitifs : désigne les connaissances accumulées au sein d’une certaine culture pour la survie face à la nature et l’adaptation au sein du groupe social.
  • Croyances : englobe l’ensemble des idées que le groupe culturel établit sur ce qui est vrai ou faux . Il est lié au système de valeurs.
  • Valeurs : sont les critères qui servent de modèles pour évaluer le comportement, car ils guident les principes et les attitudes considérés comme acceptables ou inacceptables pour assurer la continuité du groupe.
  • Règles : sont des codes d’action spécifiques qui régissent les relations entre les individus sur la base de valeurs communes. Il comprend le système de sanctions . Il existe deux types de règles :

      .

    • Règles prescriptives : indiquent les devoirs et obligations.
    • Règles proscriptives : indiquent ce qui ne doit pas être fait.
  • Système de signes et symboles : sont toutes les ressources communicatives arbitraires et conventionnelles utilisées par le groupe social pour transmettre des messages. On peut citer la langue , l’écriture , les signes graphiques et les symboles .
  • Formes de comportement non normatives : sont les traits comportementaux qui différencient un groupe social d’un autre, même au sein d’une culture commune. C’est ce qu’on appelle l’idiosyncrasie .

D’autres approches des phénomènes culturels établissent les éléments suivants comme éléments de la culture :

  • La culture immatérielle ou spirituelle , correspond à la culture qui est transmise par la tradition orale. Par exemple :

    • système de croyances ;
    • valeurs ;
    • langue ;
    • musique ;
    • les lois, etc.
  • La culture matérielle est celle qui est représentée de manière matérielle, comme la technologie, les biens de consommation culturels et le patrimoine matériel. Par exemple :

    • architecture ;
    • arts plastiques ;
    • vêtements ;
    • cuisine ;
    • outils ;
    • les armes, etc.

Caractéristiques de la culture

Toutes les cultures se caractérisent par le partage d’un certain nombre d’éléments, parmi lesquels nous pouvons citer les suivants :

  • couvrir la totalité des pratiques humaines ;
  • surviennent dans l’opposition à la nature (instinct vs. connaissance) ;
  • représentent une vision du monde ;
  • sont exprimées symboliquement ;
  • assurer l’ordre social ;
  • leur survie dépend de la communication ;
  • consolider les traditions ;
  • sont dynamiques , c’est-à-dire qu’elles sont transformées ;
  • sont plus ou moins ouvertes , c’est-à-dire qu’elles sont sensibles à l’influence d’autres cultures. Par conséquent, ils sont soumis à des processus de :

    • enculturation ;
    • transculturation ;
    • l’acculturation ;
    • l’inculturation.

Types de culture

La culture peut être classée selon différents critères. Cela dépendra de l’objectif de l’étude et de l’approche théorico-idéologique. Normalement, les cultures sont classées selon des sujets , c’est-à-dire des sujets d’intérêt collectif. Les manières les plus fréquentes de classer la culture sont les suivantes :

Au sens historique

Peter Brueghel : Proverbes néerlandais . 1550. Huile sur bois. 1,17 x 1,63 cm. Musées d’État de Berlin.

Elle fait référence aux cultures dans une période de temps définie. La transformation culturelle n’implique pas une dissolution absolue de la culture mais plutôt son adaptation aux changements historiques.

Par exemple :

  • la culture de la renaissance ;
  • la culture baroque ;
  • la culture médiévale.

Au sens anthropologique

L’Acropole d’Athènes, en Grèce.

Elle fait référence à la culture qui identifie un peuple de manière globale.

Par exemple :

  • La culture égyptienne ;
  • La culture inca ;
  • La culture grecque ;
  • culture occidentale ;
  • la culture orientale, etc.

Selon le paradigme religieux

Dans l’anthropologie des religions, les cultures sont classées en fonction du type de paradigme religieux qu’elles développent. Dans ces catégories se trouvent celles des cultures monothéistes et des cultures polythéistes.

Par exemple :

Cultures monothéistes :

  • La culture juive ;
  • La culture chrétienne ;
  • La culture musulmane.

Cultures polythéistes :

  • La culture hindoue ;
  • ancienne culture gréco-romaine.

Selon les connaissances en matière d’écriture

L’écriture hiéroglyphique égyptienne.

Une autre façon de classer les cultures est de les classer en fonction de leur connaissance de l’écriture. Les termes cultures orales ou cultures agraphiques sont utilisés pour désigner les cultures qui n’ont pas de système d’écriture. Ceux qui ont ou ont eu des systèmes d’écriture sont appelés cultures écrites .

Par exemple :

Cultures agrégées :

  • La culture indigène Yanomani (Venezuela)

Cultures écrites :

  • Culture égyptienne (écriture hiéroglyphique) ;
  • Culture mésopotamienne (écriture cunéiforme).

Selon le mode de production

Rizières en Chine.

Les cultures sont transformées en fonction de leurs modes de production ou inversement. Parmi eux, on peut citer les types suivants :

  • Cultures nomades : ceux qui dépendent de la chasse et de la cueillette, pour lesquels ils migrent fréquemment.

    • Exemple : la culture Chichimecan au Mexique.
  • Cultures agricoles : celles qui deviennent sédentaires grâce au développement de la technologie agricole et de l’élevage.

    • Exemple : Culture chinoise.
  • Cultures urbaines : celles qui sont établies dans des centres urbains régis par une activité commerciale.

    • Exemple : la culture de la Renaissance ou la culture des villes d’aujourd’hui.
  • Cultures industrielles : ceux qui appliquent des modes de production industrielle de grande envergure.

    • Exemple : La société occidentale d’aujourd’hui.

Selon l’ordre socio-économique (ou hégémonie)

Dans l’étude de la culture au sein d’une même société, la classification de la culture selon la classe sociale, l’ordre socio-économique ou l’hégémonie a prédominé, en raison de l’impact que l’ordre matériel a sur les processus culturels.

Au début, on parlait de haute culture et de basse culture . La haute culture était représentée par l’élite éclairée de la société, qui détenait le pouvoir. La faible culture a été attribuée aux secteurs populaires analphabètes, qui étaient les plus vulnérables. Cette classification, déjà en désuétude , répondait à une évaluation de niveau basée sur l’hégémonie du groupe dominant.

Avec l’émergence des nationalismes, les secteurs populaires ont été considérés comme les représentants de l’identité nationale. Ainsi, l’expression culture populaire a commencé à être utilisée plus fréquemment au détriment de la culture basse. La haute culture était appelée culture élitiste, culture d’élite , culture “cultivée” , culture officielle ou culture académique .

Par exemple :

  • culture populaire : traditions populaires telles que le carnaval .
  • culture d’élite :

    • les beaux-arts (“cultivés”) ;
    • la religion ou l’idéologie officielle d’un État (officielle ou en cours d’officialisation) ;
    • la médecine en tant que domaine de connaissance (académique) ;

Selon les modes de diffusion

Avec l’arrivée des médias de masse, les processus culturels ont été modifiés. De là, de nouvelles cultures ont émergé.

Par culture de masse ou culture de masse nous connaissons la culture qui émerge de l’information diffusée par les médias, c’est-à-dire la culture de consommation . Elle touche à la fois la culture élitiste et la culture populaire.

.

Par exemple :

  • Le phénomène mondial des Beatles et autres idoles de la pop ;
  • La consommation universelle de certains produits et l’imaginaire qui leur est associé (par exemple les boissons non alcoolisées)

La cyberculture est une autre culture définie par ses médias. La cyberculture est comprise comme celle qui se forme par l’interaction de sujets à travers les réseaux sociaux et la réalité virtuelle.

Par exemple :

  • Second Life , communauté virtuelle.
  • Culture Facebook et autres réseaux sociaux.

Selon les luttes de pouvoir au sein d’une société

Les différences entre les secteurs d’une société génèrent des mouvements de résistance et d’innovation face à l’ordre hégémonique. Elles sont souvent liées aux différences générationnelles qui s’accentuent à la lumière des progrès techniques et scientifiques. Dans cette catégorie, nous reconnaissons les concepts de sous-culture et contre-culture .

Par exemple :

Sous-cultures :

  • rockers ;
  • Gothique.

Contre-culture :

  • mouvement hippie ;
  • le féminisme.

Philosophie de la culture

La philosophie de la culture est une branche de la discipline philosophique qui vise à comprendre le concept de culture et son impact sur le sujet. Dans un essai intitulé “Idée et histoire de la philosophie de la culture” publié dans le livre Filosofía de la cultura (VV.AA., 1998), le chercheur David Sobrevilla définit la philosophie de la culture comme

…une réflexion philosophique sur les éléments et la dynamique des phénomènes culturels, la justification des concepts qui en sont tirés et l’évaluation et la critique de ces phénomènes dans une perspective philosophique.

Selon le chercheur, la différence entre l’approche que la philosophie fait de la culture par rapport aux autres disciplines (l’anthropologie ou la psychologie, par exemple), réside dans le fait que la philosophie se concentre sur l’étude du conceptuel. Ainsi, la philosophie de la culture ne traite pas l’analyse empirique des phénomènes culturels comme des faits. Au contraire, elle cherche à les comprendre dans une perspective philosophique.

Contexte culturel

Le contexte culturel est le terme utilisé pour décrire les variables culturelles qui permettent de comprendre un certain phénomène à l’étude. C’est-à-dire qu’il s’agit des éléments culturels qui ont une influence sur un fait, un caractère ou un produit de l’histoire, et qui doivent donc être pris en compte pour donner une interprétation juste de la question étudiée. Par exemple : système de valeurs, coutumes, spiritualité dominante, etc. Comprendre le contexte culturel d’une question permet de minimiser le risque de subir des jugements de valeur .

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Mira también
Cerrar