Religion

Signification de l’Église anglicane

Qu’est-ce que l’Église anglicane :

L’Église anglicane est une dénomination chrétienne officiellement établie en Angleterre depuis le XVIe siècle. Elle rassemble actuellement la «Communion anglicane», le groupe d’églises anglicanes dispersées dans le monde entier, qui répondent à la direction spirituelle de l’archevêché de Canterbury.

Le mot anglican signifie littéralement «d’Angleterre». C’est pourquoi cette institution est également appelée Église d’Angleterre .

anglicanismoSymbole de l’Église anglicane.

L’expansion du charisme anglican au-delà de ses frontières nous a également permis de parler de l’anglicanisme . L’anglicanisme désigne les communautés religieuses qui fondent leur forme de culte et leur expérience de la foi sur le style ou le charisme de l’Église d’Angleterre. Pour ces communautés, la primauté de l’Église anglicane ne représente qu’un leadership moral et spirituel.

En raison de son processus historique, l’Église anglicane a de nombreux éléments en commun avec l’Église catholique, puisque leur séparation était due à des causes politiques plutôt que théologiques.

Origine de l’Église anglicane

L’Église anglicane est née d’une décision politique du roi Henri VIII (1491-1547), deuxième monarque de la maison Tudor.

Deux aspects seront essentiels. D’une part, le mécontentement face à l’autoritarisme et à l’ingérence du primate romain dans les affaires politiques de l’État anglais, dont les antécédents remontent aux XIIIe et XIVe siècles. D’autre part, la pression exercée par Henry VIII sur lui-même pour qu’il donne un fils à la couronne.

À cette époque, on croyait que le genre masculin ou féminin était accordé par les femmes, si bien qu’on attribuait à Catherine d’Aragon, épouse légitime d’Henri VIII, l’incapacité de donner un enfant mâle sain à la couronne.

Henry VIII était tombé amoureux de la dame de compagnie de sa femme, Anne Boleyn, qui, pour consommer la relation, imposa au monarque la condition d’être prise comme épouse et reine. Voyant là l’occasion d’obtenir un héritier légitime, le roi demande au Vatican d’annuler le mariage ecclésiastique avec Catherine d’Aragon.

Le refus de la papauté, fondé sur des arguments doctrinaux, a été reçu comme une nouvelle tentative d’ingérence politique. En conséquence, par la promulgation de l’Acte de Suprématie en 1534, Henry VIII décida de se déclarer la plus haute autorité de l’Église en Angleterre, ce qui lui permit d’annuler son mariage et d’épouser Boleyn.

La séparation de l’Église anglicane s’est produite en même temps que la Réforme protestante. Cependant, Henry VIII n’a jamais approché cette doctrine et, en fait, l’a combattue. Cela confirme le caractère éminemment politique de la décision du monarque.

Henry VIII n’a jamais réussi à obtenir un enfant mâle de ses unions officielles. A sa mort, le pouvoir passera à ses filles. La reine Marie Tudor (1517-1558), fille de Catherine d’Aragon, restaure le catholicisme au sein du royaume. Lorsque sa demi-sœur Elizabeth I (1533-1603), fille d’Anne Boleyn, est arrivée au pouvoir, l’Église anglicane est revenue en force, cette fois-ci pour de bon.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar