Religion

Signification de Contrarreforma

Qu’est-ce que la Contre-Réforme :

Le renouveau de l’Église catholique au XVIe siècle est connu sous le nom de contre-réforme, en réponse à l’avancée des doctrines protestantes en Europe .

La contre-réforme est appelée ainsi parce qu’elle répond à la réforme protestante que Martin Luther a lancée en 1517.

La contre-réforme a été établie sous le Concile de Trente (1545-1563), d’abord convoquée par le pape Paul III en 1545, puis par le pape Jules III entre 1550 et 1555, et enfin par le pape Pie IV en 1563.

Caractéristiques de la contre-réforme

La contre-réforme ou réforme catholique se caractérise par le fait qu’elle englobe la sphère politique et religieuse de l’époque.

Sur le plan politique, la contre-réforme élimine la vente d’indulgences, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles les gouverneurs ont commencé à adhérer à la réforme protestante de Martin Luther.

Sur le plan religieux, la Contre-Réforme cherche à reformuler l’Eglise catholique, à unir les chrétiens sous la papauté romaine et à évangéliser les territoires du Nouveau Monde (Amérique).

Afin de prévenir l’avancée des églises protestantes, la Contre-Réforme renouvelle et fixe des lignes directrices pour freiner la corruption du clergé avec des paramètres communs à l’Église catholique, tels que la défense de l’autorité papale, la capacité exclusive de l’Église et de ses représentants à interpréter les textes sacrés et le salut par la foi et les œuvres de charité, de dévotion ou de pénitence.

Conséquences de la contre-réforme

La réforme catholique du XVIe siècle, ou contre-réforme, a créé au Concile de Trente des références pour l’uniformité de l’Église catholique sous la papauté romaine.

Certaines des conséquences de la contre-réforme sont, par exemple, le pouvoir de la Sainte Inquisition en Amérique avec la reprise du Tribunal du Saint-Office, la censure des connaissances avec la création de l’Index des livres interdits ( Index ) et la création de nouveaux ordres religieux dédiés à la catéchisation des indigènes et des païens des nouveaux territoires.

Les personnages de la Contre-Réforme

Les plus grands représentants de la contre-réforme ou de la réforme catholique sont les papes qui convoquent les sessions du Concile de Trente entre 1545 et 1563 : Paul III, Jules III et Pie IV.

En outre, on peut citer Ignace de Loyola (1491-1556), fondateur de la Compagnie de Jésus en 1540, dont la mission principale était la catéchisation de l’Amérique pour l’unification du christianisme.

Réforme et contre-réforme protestante

La réforme protestante est née en raison de la corruption du clergé de l’Église catholique. En 1517, Martin Luther publie Les 95 Thèses dont l’argument principal est la négation du salut de l’homme par l’achat d’indulgences.

Avec Martin Luther en Allemagne, Jean Calvin en Suisse et le roi Henri VIII en Angleterre, l’Église catholique commence à perdre du terrain d’influence sur l’Europe et est obligée de créer une contre-réforme pour maintenir son pouvoir.

La contre-réforme est définie dans le Concile de Trente, convoqué pour la première fois en 1545 par le pape Paul III, qui réaffirme l’autorité du pape, l’interprétation de la Bible par l’église et ses représentants, le libre arbitre, le célibat et la croyance dans le corps et le sang du Christ.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar