La technologie

Définition périphérique

La première étape que nous allons franchir avant d’entrer pleinement dans la détermination de la signification du terme périphérique est de préciser son origine étymologique. Dans ce sens, il faut expliquer que c’est un mot qui vient du grec, plus précisément il est le résultat de la somme de trois composantes de cette langue:

– Le préfixe «peri-«, qui peut être traduit par «autour».
– Le mot «phéro».
– Le suffixe «-ikos», qui est utilisé pour indiquer que quelque chose est «relatif à».

Dans son sens traditionnel, le terme périphérique est un adjectif qui se réfère à quelque chose qui est lié à la périphérie (le périmètre ou le contour d’une chose, ou la zone autour d’un certain centre). Actuellement, cependant, le terme est utilisé comme un nom dans le domaine de l’informatique pour désigner un dispositif complémentaire d’un ordinateur .

Commençons par le sens original. Le périphérique est ce qui entoure une chose, soit physiquement, soit symboliquement. Par exemple : «Si vous cherchez un hôtel moins cher, vous devriez rester dans un quartier périphérique» , «Ne vous trompez pas : les décisions sont prises par Manuel et moi, les autres sont des membres périphériques de ce conseil» , «Je travaille dans un quartier périphérique, un peu loin du microcentre» .

Il est facile de comprendre la notion dans un sens géographique ou urbanistique. Le centre d’une ville X est entouré de quartiers périphériques ou de banlieues, qui en sont proches mais n’en font pas partie. Sur un plan symbolique, la périphérie est liée à ce qui ne fait pas partie de l’essentiel ou du plus important.

Dans le sens de la technologie , un périphérique est un appareil qui, lorsqu’il est connecté au processeur d’un ordinateur, fournit des outils ou des fonctions auxiliaires. Les périphériques permettent à l’ordinateur d’interagir avec le support externe. Le clavier , la souris (ou la souris ), l’imprimante , le scanner et la webcam sont quelques-uns des périphériques les plus courants : «L’ordinateur est bien, mais nous devons acheter des périphériques pour augmenter son utilité» , «A mon avis, l’imprimante est le périphérique indispensable dans tout ordinateur» .

Plus précisément, il faudrait établir que les périphériques peuvent être classés en cinq grands groupes:

1. périphériques d’entrée. Ce sont ceux qui vous permettent de saisir des données dans un ordinateur depuis l’extérieur. Parmi les plus importants, on trouve la souris, le clavier, le scanner ou le stylet, entre autres.
2. Périphériques de sortie. Ce sont celles qui donnent la possibilité de recevoir des informations de l’unité centrale de l’ordinateur et de les afficher de manière à ce que l’utilisateur puisse les voir et les utiliser. Dans ce cas, les plus significatifs sont l’écran, l’imprimante, le haut-parleur…

3. Périphériques d’entrée et de sortie. Comme leur nom l’indique, ce sont celles qui permettent à la fois d’entrer et de sortir des informations de l’ordinateur. Il s’agit par exemple d’appareils tels que l’imprimante multifonctions ou l’écran tactile.
4. Périphériques de communication. Sous cette dénomination se trouvent les articles qui donnent la possibilité d’établir une interconnexion entre deux ordinateurs ou entre un ordinateur et un périphérique qui lui est extérieur. Ce serait le cas, par exemple, du modem ou du bluetooth.

5. Périphériques de stockage. Ce sont eux qui stockent les informations avec lesquelles l’unité centrale travaille afin qu’elles puissent être utilisées à tout moment. Il y a les pendentifs, les disques durs, la carte mémoire…

Importance et évolution du clavier

La plupart des périphériques sont presque indispensables pour l’utilisateur commun : il est difficile d’imaginer une session informatique sans moniteur, souris ou clavier. Mais cela ne signifie pas que ces éléments reçoivent le respect qu’ils méritent. En fait, le clavier passe souvent inaperçu pour la plupart des gens, comme s’il s’agissait d’une partie qui n’est utile que pour entrer nos données dans des formulaires ou transcrire des documents à l’ordinateur. Toutefois, c’est grâce à ce périphérique que les programmeurs peuvent créer toutes nos applications et systèmes d’exploitation préférés et, en général, fournir le code de tout appareil électronique que nous connaissons.

Le clavier est le périphérique d’entrée le plus important, plus encore que le moniteur ; n’oublions pas qu’à l’origine, la sortie des informations se faisait par impression sur papier. Cette composante, bien que peu complexe sur le plan technologique, permet aux développeurs de logiciels, d’appareils et de véhicules, entre autres produits des plus variés et apparemment indispensables à notre vie, de communiquer avec des ordinateurs pour concrétiser leurs projets.

Le développement d’un périphérique répond plus ou moins à un besoin et, de sa conception à sa normalisation, il doit passer par des années de tests et de modifications, un processus ardu auquel participent à la fois les entreprises et les utilisateurs.

Dans l’histoire du clavier, ces changements sont visibles d’un seul coup d’œil. En 1987, IBM a établi la norme des 101 clés que beaucoup de gens utilisent aujourd’hui ; mais pas avant d’avoir passé en revue d’autres conceptions un peu moins convaincantes. La première s’appelait XT et comportait 83 clés ; ce n’était pas nécessairement un inconvénient, mais l’emplacement de certaines des clés les plus utilisées était inconfortable. D’autre part, ce premier modèle offrait certains raccourcis vers des fonctions très utiles qui ont été perdues au fil du temps.

Puis vint l’AT, qui avait une clé de plus que son prédécesseur, mais aucune innovation qui justifierait qu’elle reste sur le marché beaucoup plus longtemps. Contrairement aux claviers actuels, il n’avait encore que dix touches de fonction , il n’avait pas les quatre touches directionnelles que nous connaissons tous et la touche ESC était située à droite, dans le cadre du clavier numérique.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar