Général

Signification de l’abréviation

Qu’est-ce que l’abréviation :

Elle est connue sous le nom de abroger à l’abolition, ou à la révocation d’une loi, d’un code, d’un règlement ou de toute autre disposition légale.

En tant que tel, ce terme est étroitement lié au domaine juridique puisqu’il consiste à laisser une pratique, une habitude ou une coutume de quelque chose totalement sans effet par le biais d’un précepte juridique.

Pour l’abrogation d’une loi, d’une règle ou d’un précepte, la publication d’une loi, d’une règle ou d’un précepte de hiérarchie égale ou supérieure est une condition sine qua non. Par exemple, pour l’abrogation de la Magna Carta d’un pays, il est nécessaire de créer et de publier une nouvelle Constitution, un organe juridique qui occupe le rang hiérarchique le plus élevé, de sorte qu’elle ne peut être modifiée ou abolie par aucune autre norme de rang inférieur.

Toutefois, l’abrogation d’une loi peut être faite de manière expresse ou tacite . Dans le premier cas, c’est lorsque la nouvelle loi contient une déclaration ou une disposition qui rend la loi précédente inefficace, mais dans le cas de la forme tacite, c’est lorsque la loi elle-même contient des préceptes contraires ou est incompatible avec la loi précédente qu’elle n’est pas expressément abrogée.

Les synonymes de abroger sont abolir, invalider, révoquer, éliminer, retirer. À ce stade, il est également mentionné comme synonyme de abroger pour déroger, ce qui est une erreur puisque les deux termes sont différents et remplissent des fonctions différentes, comme expliqué ci-dessous.

Pour plus d’informations, veuillez consulter l’article sur la révocation et l’annulation.

Le terme est d’origine latine «abrogāre» , ce qui signifie «abolir une loi». Le concept de ce mot vient de la loi romaine «abrogatio «, comme l’exprime le Digest – un ouvrage juridique publié par l’empereur byzantin – «abroger une loi, c’est la supprimer dans sa totalité».

Enfin, en anglais, le terme est «repeal» ou » annulment» .

Abroger et abroger

Actuellement, le terme abroger tombe en désuétude et est remplacé par déroger, étant deux termes avec des significations différentes.

Comme indiqué précédemment, l’abrogation sert à priver totalement de sa validité une loi, un décret, un code ou un règlement. D’autre part, l’abrogation concerne la perte de la validité d’une ou plusieurs dispositions légales contenues dans la loi, le règlement, le code ou tout autre, du fait de la création ou de l’existence d’une disposition qui remplace la précédente.

Abroger dans la Bible

Dans le récit du Sermon sur la Montagne, le passage de la Bible enregistré dans Matthieu 5:17-18 : «Ne croyez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes ; je ne suis pas venu abolir mais accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront pas, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul titre, jusqu’à ce que tout soit accompli.

Ce terme se retrouve dans le Nouveau Testament à plusieurs reprises, mais avec une interprétation erronée de la nature ou du concept du mot lui-même. En tenant compte du fragment de la Bible décrit ci-dessus, on peut voir que le mot abroger est utilisé comme le contraire de l’accomplissement, et c’est pour cette raison que de nombreux croyants citent ce texte pour indiquer que la Loi de Moïse est toujours en vigueur.

D’autre part, le mot abroger dans la Bible a été analysé comme la traduction littérale du terme grec «kataluo» qui signifie «démolir, détruire», mais ceux-ci sont utilisés dans le sens de démolir un mur, un temple, une maison et ses synonymes, et on le trouve dans plusieurs chapitres de la Bible mais toujours dans cette intention, comme c’est le cas avec

» (…) et ils ne l’ont pas trouvé, même si de nombreux faux témoins se sont présentés. Mais plus tard, deux d’entre eux s’avancèrent en disant : «Cet homme a déclaré : «Je peux détruire le temple de Dieu et en trois jours le reconstruire. Matthieu 26:60-61.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar