Général

8 caractéristiques de l’esclavage

L’esclavage est le nom donné à tout système social basé sur l’exploitation des esclaves pour la production économique. Ses origines remontent à l’époque de la révolution agricole, et depuis lors, elle s’est adaptée à différentes conditions historiques.

Par exemple, les économies de la Mésopotamie, de l’Égypte ancienne, de l’Empire aztèque, de la Grèce et de Rome étaient esclavagistes. Le colonialisme et l’impérialisme étaient également des esclavagistes. Il est également arrivé que des modèles non esclavagistes comme le féodalisme en adoptent certaines caractéristiques.

En tant que système, l’esclavage est caractérisé par les éléments suivants :

1. forte stratification sociale

Les modèles d’esclaves sont structurés en deux groupes principaux : les secteurs d’esclaves eux-mêmes et la masse des esclaves. Les secteurs esclavagistes sont généralement divisés, à leur tour, en grands propriétaires terriens, propriétaires de grands ateliers, commerçants et usuriers.

La filière esclave est non seulement propriétaire des moyens de production (terre ou industrie) mais aussi des instruments, des objets de travail, de l’esclave, du produit de son travail et des bénéfices.

Au milieu de ces groupes, il existe un secteur intermédiaire de la population libre, composé de petits propriétaires (artisans et paysans) et de personnes issues de ces secteurs qui se sont appauvris et marginalisés de l’ordre social.

2. L’esclave est une propriété privée

L’esclave est une propriété, et donc une propriété privée. Dans tous les modèles d’esclaves, les esclaves ne sont pas considérés comme des personnes, mais plutôt comme la propriété d’une autre personne, ce qui est le fondement du système. Cela implique que le maître peut traiter l’esclave comme une marchandise et faire usage de son corps comme il le souhaite.

3. Usage délibéré de la violence

L’esclavage requiert l’exercice d’une violence délibérée pour assurer la soumission des esclaves, tant au cours du processus de capture des esclaves qu’après. Cela signifie non seulement des tâches, des activités et des journées de travail inhumaines, mais aussi des punitions cruelles et souvent fatales.

Ces abus et ces punitions ne sont pas nécessairement le fait des propriétaires d’esclaves, mais d’employés de niveau intermédiaire au nom des esclaves, qui sont généralement autorisés à faire «ce qui est nécessaire». Par exemple, dans le cas des systèmes d’esclavage coloniaux, cette fonction était remplie par les contremaîtres des domaines.

4. Composante ethnique ou de genre

L’esclavage comporte une forte composante de discrimination ethnique et sexuelle. Cela signifie qu’un élément important dans la capture des esclaves est la perception de la différence, et de là, le principe de supériorité sur les autres , qui est défini dans le cadre des valeurs d’une culture donnée. Les étrangers, les femmes, les prisonniers de guerre, les groupes ethniques étrangers ou les personnes déclassées ont historiquement été la population cible des marchands d’esclaves.

Parmi les exemples, citons l’asservissement des Noirs et des Indiens lors de la colonisation des Amériques, l’asservissement du peuple juif dans l’Égypte ancienne et la traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle (toujours en cours).

5. Faible production individuelle, mais forte production de masse

Dans les modèles d’esclaves, les esclaves se heurtent à une production de mauvaise qualité ou à une faible production individuelle (y compris le sabotage comme détérioration délibérée des outils de travail). Cependant, le faible coût des esclaves permet l’achat en masse, ce qui se traduit en fin de compte par une production élevée.

6. La traite des esclaves est considérée comme une activité économique légitime

Les systèmes esclavagistes, puisqu’ils conçoivent les esclaves comme une marchandise, considèrent la traite des esclaves comme une activité économique légitime, qui remplit une fonction au sein de l’appareil productif. S’y opposer, c’est donc s’opposer au système.

7. L’esclave n’a pas de droits

L’esclave n’a aucun droit, car il n’est pas considéré comme une personne mais comme un «outil» ou une «marchandise». Cela inclut les droits économiques, civils et humains. Par exemple, l’histoire de la colonie montre que les esclaves n’avaient aucune protection juridique. Alors que dans certaines sociétés, il était prévu que l’esclave puisse éventuellement acheter sa liberté, cela dépendait de l’acceptation de son maître, et c’était le maître qui avait le dernier mot.

8. Le caractère héréditaire de l’esclavage

Chaque fois que l’esclave est conçu comme la propriété du maître, sa progéniture devient également sa propriété, sans qu’aucun droit de maternité ne soit généré. Chaque enfant d’un esclave est donc un esclave de plus compté parmi les biens du maître.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *