Religion

Définition du karma

Selon les experts linguistiques, karma est un mot d’origine sanskrite qui est traduit en espagnol par «action» ou «fait» . Du point de vue de certaines religions armées , telles que le bouddhisme et l’hindouisme , le karma constitue l’énergie qui découle de chacune des actions de l’individu et qui conditionne chacune de ses réincarnations jusqu’à ce qu’il atteigne la perfection.

Les lois du karma sont donc basées sur l’idée que chaque réincarnation est influencée par les actes accomplis dans les vies antérieures. Les mots et les pensées, à leur tour, conditionnent également le karma.

Les religions théistes qui s’appuient sur l’existence de l’âme croient que la réincarnation est le transfert de l’âme d’une personne dans une autre structure physique. En bref, c’est une sorte de transmigration de l’âme.

Le karma est donc celui qui parvient à établir les conditions dans lesquelles l’individu (ou son âme) va revenir à la vie. Le bouddhisme et l’hindouisme, cependant, croient qu’il existe un état de sagesse et de pureté au sein de chaque être humain qui est préservé intact et ne cesse de se développer.

En ce sens, il est établi que tout ce que vous avez fait dans des vies antérieures se reflétera d’une manière ou d’une autre dans la prochaine. Ainsi, par exemple, si une personne souffre aujourd’hui d’une série de malformations ou de troubles physiques, c’est parce que dans le passé, alors qu’elle avait une autre identité, elle a blessé quelqu’un en le maltraitant ou en le blessant avec une arme.

Et il en va de même pour le contraire. En d’autres termes, on considère que si vous avez précédemment effectué diverses actions positives et bénéfiques, dans votre nouvelle vie vous profiterez, d’une manière ou d’une autre, de toutes les choses bonnes et positives que vous avez faites à l’époque.

Certains gourous prétendent que les êtres réalisés ont la capacité de se souvenir de leurs vies passées ; les gens ordinaires, cependant, sont incapables de le faire. La mémoire reste cependant stockée et cachée dans l’être.

Plusieurs écoles bouddhistes considèrent que par la méditation , il est possible d’atteindre un niveau de superconscience qui est défini comme nirvana . Cet état représente la fin d’une vie régie par le karma.

En plus de tout cela, il est important pour nous de savoir que le processus d’expansion du karma dans le monde entier a atteint son point culminant au XIXe siècle, lorsque l’Europe a commencé diverses actions colonisatrices qui ont mis sa culture en relation avec celle des pays et des lieux qu’ils ont fait leur.

Ainsi, l’Occident a commencé à être influencé de manière remarquable par des religions telles que le bouddhisme ou l’hindouisme, ce qui s’est traduit par l’assimilation d’idées telles que celle du karma dont nous parlons aujourd’hui.

Parmi les personnages historiques les plus importants qui sont considérés comme étant d’accord et soutenant ces principes que nous développons, on trouve le Mahatma Gandhi. Un véritable héros national en Inde qui s’est toujours battu pour mettre fin à l’injustice et l’a fait en utilisant la paix et le dialogue.

Enfin, il faut dire que, dans la culture populaire, le karma est associé à la force spirituelle ou au destin . Par exemple, dans la culture populaire, le karma est associé à la force spirituelle ou le destin : «J’ai divorcé à nouveau, cela semble être mon karma» .

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *