Religion

Définition de l’abjuration

Le mot latin abiurāre est arrivé en espagnol comme abjuration. Ce verbe désigne le fait de nier, révoquer, annuler ou abjurer une pensée, une croyance ou une foi qui a été précédemment défendue ou professée .

Le sujet qui abjure ou nie sa religion est qualifié de renégat par les fidèles de la croyance qu’il a abandonnée. D’autre part, les adeptes d’une religion appellent un converti qui a repris leur dogme. Ainsi, un même individu peut être à la fois un renégat pour un groupe et un converti pour un autre.

L’acte d’abjurer une religion était très fréquent au Moyen Âge , lorsque musulmans et chrétiens se battaient pour tenter d’imposer leurs croyances sur différents territoires. Aujourd’hui, seuls quelques groupes mineurs tentent de forcer les gens à renoncer à leur foi.

Un exemple d’abjuration a été donné par Galileo Galilei en 1633 , lorsque l’Église catholique l’a forcé à soutenir que la planète Terre ne tournait pas autour du soleil, un fait que le physicien, astronome et mathématicien italien a maintenu sur la base de ses études.

Il est important de souligner que l’action d’abjurer peut aller au-delà de la religion. En 1581 , plusieurs provinces des Pays-Bas ont signé un acte d’abjuration où elles déclaraient qu’elles n’obéiraient plus au roi Philippe II .

Une personne peut en revanche renoncer à sa nationalité , à ses idées politiques ou à son affiliation à une institution ou à un groupe : «Après avoir abjuré le groupe terroriste, le jeune homme est devenu un collaborateur important du gouvernement local» , «Je ne vais pas abjurer mon idéologie, peu importe les pressions ou les menaces qui pèsent sur moi» , «Le chef, déçu par les faits de corruption, pourrait abjurer son parti politique» .

L’Inquisition espagnole et l’abjuration

À l’époque de l’Inquisition espagnole , institution que les rois catholiques ont fondée en 1478 dans le but de protéger l’orthodoxie du catholicisme dans les territoires sous leur domination, les individus accusés dans les procès devaient reconnaître les actes d’hérésie qu’ils avaient commis et montrer un repentir approprié pour ceux-ci, ce qui était appelé abjuration .

Cet acte par lequel une personne persécutée par l’Inquisition abjure ses croyances était une étape indispensable pour les autorités pour lui donner la possibilité de se réconcilier avec l’Église catholique. Dans ce contexte, les trois types d’abjuration suivants ont été reconnus : de levi , de vehementi et sous la forme . Voyons ci-dessous une brève explication de chacun d’entre eux :

* de levi : c’est la classe qui comprend les personnes qui n’ont pas commis d’actes considérés comme très graves, tels que la bigamie, le blasphème et la tromperie. Dans des cas comme celui-ci, l’Église ne soupçonnait pas un niveau d’hérésie significatif ;

* de vehementi : contrairement au type d’abjuration précédent, celui-ci inclut les personnes qui ont été très sérieusement suspectées, ou qui ont refusé de faire des aveux , même lorsqu’il y avait des preuves évidentes contre elles. D’autre part, l’abjuration des véhéments était également adoptée si les accusés n’avaient que deux témoins à charge , c’est-à-dire deux personnes physiques qui ont témoigné contre eux ;

* sous la forme de : ce type d’abjuration n’est pas nécessairement le contraire des précédentes, mais il est complémentaire, car il est appliqué une fois que les accusés ont avoué, comme c’était le cas avec le judaïsant (terme qui inclut ceux qui ont pratiqué des cérémonies et des rites du judaïsme malgré le fait qu’ils soient chrétiens, (Ces derniers ne sont pas autorisés à utiliser leur propre religion, que ce soit en public ou en privé, ni à ceux qui semblent appartenir à cette religion en raison de leurs caractéristiques physiques, ce qui explique les nombreux épisodes de discrimination auxquels ils sont confrontés).

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.