La technologie

Définition de la barre d’outils

La barre est un concept qui peut faire référence à une pièce plus longue qu’épaisse ; au comptoir d’un magasin ; aux supporters d’une équipe sportive ou à un sportif ; au groupe d’amis qui se réunissent régulièrement ; au rouleau de métal non travaillé ; à un signe graphique utilisé dans l’écriture ; ou au levier en fer utilisé pour déplacer des objets lourds.

L’un des outils , d’autre part, est un instrument qui vous permet de faire différents travaux. C’est un objet conçu pour faciliter l’exécution d’une tâche mécanique qui nécessite l’utilisation de la force . Par extension, un outil est toute procédure qui permet d’améliorer la capacité à effectuer certaines tâches.

La notion de toolbar fait référence à un composant de l’interface graphique d’un programme informatique . Cette barre apparaît sur l’écran d’un ordinateur ( ordinateur ) sous forme de ligne, de colonne ou de bloc qui affiche des boutons ou des icônes ; lorsque l’utilisateur appuie sur un de ces boutons, il active une fonction de l’application .

Par exemple : «Je ne trouve pas la barre d’outils dans ce programme» , «J’aime la nouvelle barre d’outils dans Word» , «Parfois, je déplace la barre d’outils sans m’en rendre compte et je ne sais pas où la chercher» .

La barre d’outils, également connue sous le nom de toolbar , est apparue pour la première fois en 1973 et a été créée par Xerox . Au fil du temps, ce concept a évolué pour faciliter l’utilisation de logiciels . Aujourd’hui, la plupart des programmes permettent de personnaliser la barre d’outils pour n’afficher que les boutons choisis par l’utilisateur.

Une des principales différences entre une barre d’outils actuelle et celle du début des années 1990, par exemple, réside dans son dynamisme. Aujourd’hui, il est courant qu’une barre contienne, en plus de ses propres boutons, une ou plusieurs barres, toutes facilement accessibles par une icône, ou qu’elle soit cachée si le curseur n’est pas sur sa zone, pour éviter de perdre de l’espace sur l’écran (même si la résolution et la taille des moniteurs moyens actuels sont très généreuses).

La barre d’outils était auparavant un bloc statique et robuste, donnant un accès direct à un grand nombre de fonctions dans un programme ; un problème courant dans le passé était le risque d’avoir trop de barres sur l’écran, pour les utilisateurs qui voulaient avoir toutes les options disponibles. Lorsque les programmes ont commencé à permettre l’organisation manuelle des barres, ainsi que la décision de n’inclure que les boutons souhaités, le chemin vers une expérience plus confortable et moins claustrophobe a commencé.

Le terme flap est largement utilisé dans le domaine de l’informatique, et a un lien direct avec celui de toolbar, puisqu’il s’agit d’un concept qui a permis de fournir le même rectangle de pixels à un nombre potentiellement infini de barres, grâce à la simulation de leur disposition dans une pile. Avec une petite étiquette indiquant le thème sous lequel les outils sont regroupés, il est possible de profiter du même espace pour contenir toutes les options d’un programme, tout en gardant le contrôle de l’apparence de l’interface et en évitant le chaos.

Bien que la première chose que l’on voit d’une barre d’outils soit son apparence et la disposition des boutons, grâce à la massification des écrans tactiles comme moyen privilégié d’interaction avec les appareils électroniques, son comportement face aux actions des utilisateurs est devenu l’élément le plus important. Ce qui se passe quand on appuie dessus, si on le fait glisser, combien de points peuvent être activés en même temps et quel est son temps de réponse sont quelques-unes des questions fondamentales lors de l’analyse d’une barre d’outils sur un smartphone ou une tablette.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar