Général

Signification de Vanidad

Qu’est-ce que la vanité :

La vanité est synonyme de présomption, de vanité et d’arrogance . Le mot vient du latin vanĭtas , vanitātis , qui signifie “qualité de la vanité”.

En ce sens, la vanité peut se référer à l’attitude de quelqu’un qui surestime ses propres compétences, attributs et connaissances et qui, par conséquent, développe une conception de lui-même si exagérée qu’il se croit supérieur aux autres, et se vante souvent devant les autres. Ainsi, une personne vaniteuse est considérée comme vaniteuse et même arrogante.

D’autre part, la vanité fait également référence à la périssabilité des choses terrestres, à la brièveté du transit dans l’existence et, en ce sens, à l’inutilité ou à la futilité qui peut résulter des choses de ce monde. De même, la vanité peut se référer à une illusion ou un fantasme, comme une représentation ou une fiction.

Car le christianisme , la vanité est l’un des sept péchés mortels et, parmi eux, le pire, car il implique de la part de l’individu une confiance excessive dans les choses terrestres et en lui-même, qui le conduit à perdre la notion de finitude de son existence et à croire qu’il peut se passer de Dieu. En ce sens, l’antécédent fondamental du péché de vanité est constitué par la conduite qu’il a observée devant le Dieu Lucifer, qui, étant le plus beau et le plus sage des anges, a péché d’orgueil en s’assumant égal à Dieu et a été condamné à l’enfer.

Un autre précédent mythologique est celui de Narcisse , un jeune homme récompensé par la beauté qui a fini par être tellement amoureux de sa propre image reflétée dans l’eau d’un étang, qu’il a fini par se jeter à sa recherche et s’est noyé.

La vanité dans la Bible

Dans la Bible , le terme vanité apparaît des dizaines de fois pour désigner le sentiment de fugacité de l’existence, la folie et le mensonge, ainsi que l’arrogance et l’orgueil, et l’idolâtrie exacerbée de l’individu lui-même qui, par conséquent, le conduit à renoncer à Dieu. En ce sens, la vanité est l’un des plus grands péchés. Le mot, en tant que tel, apparaît surtout dans Ecclésiaste : “Vanité des vanités, tout est vanité” (I : 2), proclame Le Prêcheur, et décompose les réflexions sur la fugacité de l’existence, ainsi que sur la condition mortelle de l’être humain, et sur le vide et l’insignifiance du transit terrestre sans l’amour de Dieu.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *