Général

Signification du droit pénal

Qu’est-ce que le droit pénal :

Le droit pénal est la branche du droit public qui établit et réglemente, par un ensemble de règles et de principes juridiques, la répression de la criminalité par l’État. En tant que tel, le droit pénal est aussi une discipline juridique qui est chargée d’étudier le phénomène criminel, le crime, le délinquant et la peine, dont ses principes et règles juridiques seront dérivés.

L’objectif du droit pénal est de punir les crimes, par l’application de sanctions, afin de protéger la société contre les délinquants, soit en les isolant, soit en imposant des sanctions correctives.

D’autre part, ni la coutume, ni la jurisprudence, ni les principes généraux du droit ne peuvent être considérés comme des sources du droit pénal , mais seulement le droit .

Au Mexique , le droit pénal est régi depuis 1931 par le Code pénal pour le district et les territoires fédéraux en matière de droit commun, et pour toute la République en matière de droit fédéral , qui a été promulgué par le président Pascual Ortiz Rubio et qui comprend 404 articles.

Droit pénal objectif

Le droit pénal objectif ou ius poenale est celui qui est constitué par l’ensemble des règles et principes pénaux qui déterminent les crimes, ainsi que les peines et leur application.

Droit pénal subjectif

Le droit pénal subjectif ou ius puniendi fait référence à la légitimité de l’État en tant qu’entité pour sanctionner et punir les crimes et délits, ainsi que pour établir et imposer des règles pénales, qui doivent cependant toutes être soutenues par le droit pénal objectif .

Droit pénal international

Le droit pénal international est la loi qui définit et réglemente les crimes internationaux, tels que le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les crimes d’agression. Son organe principal est la Cour pénale internationale, basée à La Haye, créée en 1998.

Droit pénal de l’ennemi

Le droit pénal de l’ennemi comprend une série de principes et de règles appliqués aux individus dont le comportement ou l’origine en font des menaces potentielles pour le reste des citoyens et pour le système juridique de l’État.

Il s’agit d’un concept récent, développé en 1985 par le juriste allemand Günther Jakobs , qui différencie le citoyen ordinaire, qui a commis un crime, du criminel qui, en raison de son passé et de l’impossibilité de le modifier, est considéré comme un ennemi du système juridique et a donc perdu le droit au statut de personne.

Le traitement qu’un individu reçoit dans le droit pénal de l’ennemi est, bien sûr, beaucoup plus rigoureux que dans le droit pénal ordinaire. En ce sens, l’objectif du droit pénal de l’ennemi est d’assurer la sécurité de la société, car, en anticipant les actes criminels potentiels, il protège ses citoyens des dangers futurs.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Mira también
Cerrar