Général

Signification de la division des pouvoirs

Qu’est-ce que la division des pouvoirs :

La division des pouvoirs est le principe organisationnel des États modernes selon lequel les fonctions législatives, exécutives et judiciaires sont exercées par des organes séparés et indépendants.

La division des pouvoirs permet aux différents pouvoirs de se limiter et de se modérer mutuellement , créant une dynamique de poids et de contrepoids, de sorte qu’il y ait un équilibre entre eux et qu’aucun ne puisse l’emporter sur les autres.

La séparation des pouvoirs empêche donc les abus de pouvoir , puisque l’autorité publique est répartie de manière équilibrée entre ces trois organes fondamentaux de l’État.

L’objectif de la division des pouvoirs , dans ce sens, est d’éviter la concentration des pouvoirs de l’État en une seule personne, organe ou société, ce qui rendrait possible les abus d’autorité et, à terme, l’émergence et l’établissement d’un régime autoritaire ou tyrannique.

La première formulation formelle de la théorie moderne de la division des pouvoirs est l’œuvre du penseur français Montesquieu , qui a affirmé que dans chaque État il y avait trois classes de pouvoirs avec des fonctions et des champs d’action bien définis :

  • Le pouvoir législatif , qui est responsable de l’élaboration, de la correction ou de l’abrogation des lois.
  • Le pouvoir exécutif , qui est chargé de gérer les affaires de l’État, de mettre en œuvre l’ordre juridique, de représenter la nation au niveau international, de commander les forces armées et d’exécuter les politiques conformément à la volonté populaire et à la loi.
  • Le pouvoir judiciaire , qui est celui qui a pour objectif d’interpréter les lois et de rendre justice dans les conflits entre citoyens.

Dans la division des pouvoirs , elle est fondamentale pour l’existence de la liberté , car avec elle, aucun de ces pouvoirs n’aura la force suffisante pour s’imposer aux autres et établir un régime autoritaire.

L’absolutisme monarchique, les totalitarismes modernes ou les récentes tyrannies de la gauche et de la droite sont quelques exemples de régimes politiques qui ont ignoré le principe de la division des pouvoirs et ont établi des régimes autoritaires, totalitaires ou dictatoriaux qui ont restreint les libertés des citoyens.

La séparation des pouvoirs, en tant que telle, fut l’une des conquêtes de la révolution française contre la monarchie absolue. Cependant, le premier cas dans lequel la répartition des pouvoirs selon la doctrine de Montesquieu est devenue un texte juridique se trouve dans la constitution des États-Unis d’Amérique de 1787.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.